+

Frédéric D'Oria-Nicolas, piano

Fdn

"Doté d’une curiosité, d’une imagination et d’une culture à la hauteur de sa virtuosité hors du commun", Frédéric D’Oria-Nicolas est un pianiste "hors norme, subtil, puissant et élégant", "un poète des images symphoniques". L’intelligence de ses programmes, sa personnalité généreuse et le contact particulièrement chaleureux qu’il entretient avec le public en font véritablement un des artistes les plus attachants et singuliers de sa génération.

Né en 1979, Frédéric D’Oria-Nicolas débute le piano à l’âge de 7 ans et montre, très vite, des aptitudes exceptionnelles pour l’instrument. C’est lors de masterclasses au Festival International de Colmar qu’il fait la connaissance de Tatiana Zelikman – éminent professeur à l’Académie de Musique et à l’Ecole pour enfants surdoués Gnessin de Moscou. Cette rencontre sera déterminante. Il suivra ses conseils plusieurs fois par an en France, en Italie et en Finlande tout en menant un cursus scolaire à plein temps. En 1997, Il se rend pour la première fois en Russie au concours Mravinsky de Saint-Pétersbourg où il obtient le 1er Prix. En 1998, il abandonne ses projets d’études scientifiques pour répondre à l’invitation de l’Académie Gnessin de Moscou à l’aide d’une bourse de Rhône-Poulenc et rejoint ainsi la classe de Tatiana Zelikman. Pendant près de 7 ans, Frédéric D’Oria-Nicolas y reçoit également les conseils d’éminents musiciens tels que Dmitri Bashkirov, Lev Naoumov et Vladimir Tropp. En 2004, il devient le premier Européen diplômé de cette Académie. Sa carrière est jalonnée de nombreuses distinctions : Révélation Classique de l’Adami en 2005, il devient également lauréat de la Fondation Bleustein-Blanchet pour la Vocation, de la Fondation Charles Oulmont et du Mécénat Musical Société Générale. En 2009, il est élu "Artiste de l’année" par Resmusica.

Fort d’un répertoire de plus de 360 œuvres, Frédéric D’Oria-Nicolas se produit dans plus de 23 pays – Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, Ermitage de Saint-Pétersbourg, Musée Scriabine de Moscou, Conservatoire de Tbilissi (Géorgie), salle Gaveau, Arsenal de Metz, Hamamatsu Act City (Japon), Dharwamangsa Ballroom (Indonésie), Shanghaï Oriental Center (Chine), AVC Hall (Singapour), Kuhmo Festival (Finlande), Estate Musicale di Portogruaro (Italie), Amsterdam Grachten Festival (Pays-Bas), Bratislava International Festival (Slovaquie), Festival de Nordkirchen (Allemagne), Festival Chopin CAPE (Luxembourg), Festival de Saint-Denis, Festival de Prades, Festival de Colmar… Il est régulièrement l’invité des radios et chaînes de télévision françaises et étrangères : France 2, France 3, Kultura (Russie), WDR 3 (Allemagne), RTL, France-Musique, France-Culture, Radio-Classique… En 2009, le concert très remarqué qu’il donne salle Gaveau à deux pianos avec Alexander Kobrin – lui aussi élève de Tatiana Zelikman et vainqueur du concours Van Cliburn en 2005 – est multidiffusé sur la chaîne Mezzo dans 39 pays.

C’est précisément parce qu’il est au cœur de son travail de musicien qu’il se passionne dès l’adolescence pour les techniques du son, la Haute-Fidélité et les divers moyens de captation et de reproduction sonores. Il crée, en 2008, le label Fondamenta, distribué notamment aujourd’hui par Sony Music France, Harmonia Mundi et Naxos of America et dont il assure, parallèlement à sa carrière, la direction artistique. Les objets sonores Fondamenta ont été primés dans le monde entier – Gramophone, International Piano Magazine, BBC, Mezzo TV, Magazine Pianiste, Le Figaro, Classica, Télérama, Radio-Classique, France-Musique, etc. En 2015, il met au point une technique de restauration d’enregistrements analogiques unique au monde dont découlera une série discographique baptisée “Phoenix Collection“.

Frédéric D’Oria-Nicolas a enregistré 4 albums pour le label Fondamenta dont un, en sonate avec le violoniste Svetlin Roussev, consacré à Grieg et Medtner, encensé par la critique - qui a parlé, notamment, d’un “enregistrement fascinant“. Elle ne manque pas non plus d’éloges lorsqu’il s’agit d’évoquer ses deux autres albums en soliste “Schubert“ et “Odyssey : Beethoven, Liszt, Wagner“ : “Une interprétation remarquable, toute en finesse, chargée d’images et d’émotions“ ; “Un enregistrement qui tient constamment l’auditeur en haleine“ ; “Un tour de force inspiré“ ; “C’est l’amour de la musique qui se dégage de ce disque : un travail d’architecte autant que de passion“.

“Heritage“ – son dernier enregistrement aux côtés d’Alexander Kobrin, consacré aux œuvres pour deux pianos de Rachmaninov, a reçu le “Devialet Legendary Recordings“ et a été nommé aux International Classical Music Awards dans la catégorie du meilleur album de musique de chambre de l’année 2014.

Frédéric D’Oria-Nicolas prépare actuellement l’enregistrement d’œuvres pour piano seul de Nikolaï Medtner et se produira, notamment, la saison prochaine dans plusieurs villes des Etats-Unis, de Russie et de Chine.