+

Karel Ančerl, chef d'orchestre

Ancerl

Après des études de violon, de composition et de direction d’orchestre au Conservatoire de Prague, Karel Ančerl est remarqué par le grand chef tchèque Václav Talich dont il va devenir le disciple. Hermann Scherchen en fait son assistant de 1929 à 1931 à Berlin puis à Munich.

Le 16 avril 1944, Karel Ančerl est déporté à Auschwitz avec sa femme et son fils. Seul le chef d’orchestre survit. Très affaibli, il rentre à Prague où il reprend la direction de l’Orchestre de la radio et dirige l’Orchestre de l’Opéra jusqu’en 1950. A la fin de cette même année, il prend la direction de l’Orchestre philharmonique tchèque comme successeur de Talich qui en a été écarté. Sous sa baguette, l’Orchestre va devenir l’un des meilleurs du monde.

Avec les événements de 1968 et l’occupation soviétique qui s’ensuit, il choisit de persévérer dans sa collaboration avec l’Orchestre symphonique de Toronto. Les plus grands solistes vont jouer avec lui : Mstislav Rostropovich, Glenn Gould et Henryk Szeryng notamment. Invité régulier de l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam, il le dirigera une douzaine de fois entre 1966 et 1970. Karl Ančerl s’éteint des suites d’un cancer en 1973, à Toronto.